Lettre à Oscar Garcia

Hola Oscar !

Alors, ça y est…t’es à Sainté !? Un grand club, immense, historique, à part. Te rends-tu compte ? Dès lundi, pour la reprise de l’entraînement, les supporters viendront te donner un avant-goût de ce que veulent dire ferveur, amour et soutien. Bientôt, tu apprendras à connaître et apprivoiser le Chaudron. L’inverse aussi. Tu verras…l’ambiance, les frissons…Magique !

Sacrée responsabilité qui pèse sur tes épaules. Succéder à Galtier, c’est un vrai défi. Exigeant mais passionnant. Te laisser du temps et être patient ? Certainement, mais sans rien te promettre, car le foot à St-Etienne, c’est viscéral, tout pour nous. Nous sommes les Verts, de génération en génération. Un truc qu’il faut vivre pour vraiment comprendre. Ton arrivée comme entraîneur de l’ASSE a suscité espoir et élan. De nouveau, on y croit. A quoi ? A un football total, offensif, spectaculaire, fait de panache, de prises de risque et d’initiative. Avec nos moyens, limités, nous en sommes conscients…Tes premières déclarations sont bues, lues, décortiquées, analysées, interprétées « Pour jouer comme Barcelone, tu dois avoir les joueurs de Barcelone…On va voir quels joueurs on a, pour jouer à notre manière (…) Ma philosophie, c’est de mettre les meilleurs. Si le meilleur a 17 ans, c’est tant mieux. Car tu peux l’améliorer » . On compte sur toi señor Garcia. Les attentes sont grandes. Trop ? Sans doute. N’empêche, le peuple vert va épier le moindre de tes gestes, scruter tes premières décisions, observer ta tactique. A la loupe. Tu vas devoir « réveiller » ce groupe qui était dans le confort, lui redonner le goût de mouiller le maillot, l’envie de presser haut, de produire du jeu, « de faire mal à l’adversaire » comme tu le dis.

« On ne peut pas construire une maison en un mois » . Oui. Mais si tu savais l’impatience qu’il y a chez nous. Débordante, intenable. Sois à la hauteur. Rends-nous fiers ! Après les mots, place aux actes. Bienvenido ! Allez les Verts !